La famille Bonte nous raconte son expérience de l'accueil avec YFU.
Round large florence bonte
Florence

La famille Bonte nous raconte son expérience de l'accueil avec YFU.

2011-2012 accueil de Mads le Danois

Un Danois se met la peau d'un jeune Nordiste pendant une année.
YFU France:

Vous souvenez-vous de comment vous en êtes venu à prendre la décision d'accueillir avec YFU ? Qu'est-ce qui a fait que vous avez choisi d'accueillir Mads en particulier?

Florence:

J'ai passé une année en Angleterre il y a plus de vingt ans et en quelque sorte je voulais donner la possibilité à un jeune de venir perfectionner son français. Nous avons choisi Mads car il avait des centres d'intérêts communs aux nôtres (le sport) et notre famille étant composée de 3 garçons, nous pensions qu'il était souhaitable d'accueillir une autre gars. De plus la différence culturelle et climatique n'était pas trop extrême.

Trois ans après l'accueil de Mads, à nous de nous rendre au Danemark...on y voit Mads
YFU France:

Pendant la période précédent son arrivée, avez-vous été en contact avec lui (par skype, mail) ? Comment avez-vous ressenti l'évolution de votre relation ? Des liens se sont-ils créés rapidement ?

Florence:

Oui nous avons échangé par mail dès le mois de mars-avril. Son arrivée en France était prévue pour le 3 septembre. Le contact a été très vite établi, son français était déjà bien avancé. Je lui racontais notre quotidien dans les mails.

YFU France:

Comment s'est passée son arrivée à la maison ? Y a-t-il eu des difficultés particulières ou nécessité de s'adapter pour la famille et/ou votre accueillie ?

Florence:

Nous lui avions préparé sa chambre en la repeignant et en la meublant. Nous avions gonflé des ballons aux couleurs du Danemark (rouge et blanc) et confectionné une banderole sur laquelle était inscrit "Bienvenu Mads". Il nous a tout de suite reconnus et nous aussi. Je ne pense pas qu'il y ait eu de difficultés pour Mads ni pour notre famille. J'ai demandé aux enfants et à mon mari de parler plus lentement les 3 premières semaines. C'est la seule adaptation que nous avons faite. Pour le reste nous vivions normalement.

YFU France:

Les réunions régionales avec les bénévoles... Pouvez-vous nous expliquer le principe en quelques mots pour les personnes qui ne connaissent pas ? Avez-vous trouvé qu'elles étaient bénéfiques pour vous et/ou pour Mads?

Florence:

Ces réunions sont nécessaires pour faire connaissance avec YFU et ses membres mais aussi pour échanger entre familles d'accueil. La première début octobre a été intéressante car c'est là que l'on se rend compte de l'aisance ou non qu'ont les jeunes accueillis à s'exprimer face à un public, s'intégrer aux autres jeunes. La deuxième réunion seul Mads y a assisté, mais je pense qu'elle est nécessaire pour vérifier que la vie dans et avec la famille d'accueil se passe toujours bien. La troisième rencontre s'est faite entre jeunes accueillis. Ils doivent se rendre compte des progrès réalisés chez les uns et les autres. Nous avons toujours eu une oreille attentive et des conseils avisés de la part des délégués régionaux YFU.

YFU France:

Quand deux cultures se rencontrent, cela mène parfois à des étonnements d'un côté ou de l'autre... avez-vous une ou plusieurs anecdotes à partager avec nous?

Florence:

Le niveau de vie au Danemark est plus élevé qu'en France. Un jeune peut se promener en toute sécurité au Danemark de jour comme de nuit, laisser son vélo sans anti-vol. Ce sont les deux grandes différences que nous avons remarquées.

YFU France:

En résumé, l'accueil pour votre famille... Une expérience plutôt positive ? Êtes-vous toujours en contact avec Mads? Avez-vous des conseils à donner aux futures familles d'accueil ?

Florence:

Ce fût une expérience très positive pour tous les membres de notre famille. Nous sommes toujours en contact avec Mads et sommes même allés lui rendre visite en août 2014.
Un conseil pour les futures familles d'accueil : Osez l'accueil d'un étranger, vous serez surpris en bien !